Lancé en 2017, le Crossland s’appelait Crossland X, mais a reçu une mise à jour fin 2020 et perdu son X. Il est le premier véhicule d’OPEL après le « Mokka » à recevoir le nouveau Vizor au centre de sa calandre et donc la nouvelle signature de la marque. Bien sûr, il n’y a pas que les faces avant et arrière -avec de nouveaux feux- qui ont été redessinées. Le châssis et la direction ont été optimisés et une version GS Line a été rajoutée. 

Notre véhicule d’essai était de couleur blanche avec le toit noir et cette couleur noir descendait sur le hayon jusqu’au niveau inférieur des feux. Ce qui transforme visuellement le véhicule. Les robustes boucliers avant et arrière soulignent aussi l’ensemble. Les jantes, de 17 pouces avec pneus à faible résistance au roulement (de série), rendent aussi le Crossland plus moderne. 

L’habitacle n’est pas en reste puisque nous avions, en option, une finition en cuir « Siena », Jet Black/rubar Red du plus bel effet avec un tableau de bord souligné de rouge avec rappels sur les portières avant tandis que les sièges, qui reçoivent aussi une double ligne rouge et blanche, sont AGR, ergonomiques et particulièrement confortables. D’autre part, la modularité est parfaite avec des sièges arrière divisés 2/3 -1/3 qui coulissent sur 150 mm pour faire passer le volume du coffre de 410 à 520 litres, avec un compartiment supplémentaire sous le plancher, et en les rabattant, on arrive à un volume de 1255 litres. 

Le Crossland est équipé d’un moteur 3 cylindres, essence de 1.199 cm³ (1,2 l) d’une puissance de 130 ch (96 kW) avec un couple de 230 Nm à 1750 tr/min. Il est accouplé à une simple boîte de vitesse manuelle à 6 rapports. Bien sûr, il s’agit d’une simple traction. Dès la mise en route, on constate que le moteur est assez discret. La position de conduite et la visibilité sont excellentes et il se révèle très maniable et très confortable en ville. Sur route, il est plus bruyant, mais sans excès, la précision de conduite est excellente et sa tenue de route est bonne bien que les pneus à faible adhérence nous jouent parfois des tours lorsqu’on conduit un peu vivement. 

Alors que son nom pourrait nous laisser croire qu’il pourrait être efficace hors des sentiers battus, il se révèle être un simple tout chemin juste capable de parcourir de très bons chemins(2 roues motrices obligent). Au niveau du prix, notre véhicule d’essai coûtait 31.420 Euros avec une petite dizaine d’options. Son prix de base est de 26 700 Euros auxquels il faut ajouter :

  • l’habillage « Siena » à 1850 Euros, 
  • le pack Active Safety à 250 Euros, 
  • les vitres arrières surteintées à 250 Euros, 
  • l’accès sans clé à 350 Euros, 
  • la climatisation électronique 2 zones à 350 Euros, 
  • la radio « Interlink » RF900 Navi avec écran couleur tactile de 8 pouces et 7 haut-parleurs à 1020 Euros, 
  • la station de chargement par induction pour smartphones à 150 Euros , 
  • les phares antibrouillards avant à 200 Euros, 
  • l’affichage tête haute à 300 Euros. 

Soit un total de 4 720 Euros pour les options.   

Du côté des consommations nous avons consommé 7,3 litres/100 km en ville, mais 7,0 sur route et si on fait de longues routes cela devrait encore baisser. Les émissions de CO2 étant de 132 à 136 g/km (WLTP).

Conclusion : Cet Opel Crossland GS Line est un très bon choix pour celui qui veut un véhicule compact : 4,23 m de long, 1,98 m de large et 1,61 m de haut qui est très habitable avec un poids de seulement 1263 kg et un prix serré avec une consommation raisonnable. Certes il conviendra plutôt à un bon père de famille plutôt qu’à un conducteur qui aime les voitures sportives mais remplira pleinement sa fonction.   

En ce qui concerne les taxes :

En Flandre :

  • TMC :215,17€
  • Taxe de circulation :160,91€

A Bruxelles et en Wallonie :

  • TMC : 495,00 Euros
  • Taxe de circulation : 198,40 Euros 

LUC VANDERSLEYEN

Mise en page : Nicolas Vandersleyen

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :