Synonyme de berline de grand luxe, la Mercedes Classe S a été lancée en 1951 avec le modèle 220, mais la désignation « Classe S » n’a été officiellement introduite qu’en 1972 avec la série 116. Environ 4 millions d’exemplaires ont été produits et la dernière génération s’est vendue à plus de 500 000 exemplaires. La septième génération essayée ici est arrivée en Allemagne à la fin de l’année 2020 tandis que sa disponibilité en Belgique ne date que de ce 1er trimestre 2021.

La Classe S essayée, ici, est la version diesel, la 350 d qui dispose d’un 6 cylindres en ligne, biturbo de 2925 cm³ développant 219 kW (286ch) et 600 Nm. Ce moteur est associé à la dernière boîte automatique 9G-Tronic Plus. Bien sûr, cette somptueuse limousine est un condensé de technologie. Le tableau de bord dispose de grands écrans MBUX avec au centre un superbe écran de 12,8 pouces et un grand écran au niveau du combiné d’instruments. L’affichage tête haute se promène loin devant nous. Il est complet et très clair. La reconnaissance vocale est très évoluée et le confort est de très haut niveau surtout dans cette version L (longue) de 5,29 m. Les designers ont réalisé une ambiance de bien-être teintée d’élégance et de qualité. On dispose d’un confort exceptionnel avec de nombreuses fonctions faites pour le bien-être des occupants.  

Les sièges ergonomiques multi-contours actifs recouverts de cuir de très grande qualité sont chauffants, ventilés et massant de multiples façons. En plus les occupants disposent aussi d’un filtrage efficace de l’air. Bien sûr les places arrière sont très spacieuses et disposent aussi de grands écrans en plus des sièges réglables à commande électrique. Le volume du coffre est de 550 litres et son ouverture est motorisé. Cependant, il n’y a pas d’ouverture par balayage du pied. 

La sécurité est, évidemment, très poussée avec de nombreuses aides à la conduite qui ont été développées en vue de la conduite autonome – que Mercedes a finalement abandonné- et de nombreux airbags sont disposés pour la protection des passagers. Il y a notamment un airbag entre les sièges avant en cas de choc latéral. La structure de la carrosserie qui fait appel à plus de 50% à de l’aluminium est particulièrement légère et rigide, ce qui améliore la sécurité anticollision et le confort sonore et vibratoire. Il va de soi que la suspension est pneumatique et que les 4 roues sont motrices, mais en plus elles sont directrices. Ce qui améliore considérablement, non seulement la maniabilité de cette grande limousine, mais surtout la tenue de route et donc la sécurité. C’est d’ailleurs la première fois que nous avons à notre disposition des roues arrière directrices avec un tel angle. Franchement c’est une belle réussite et ce système devrait se généraliser sur les voitures de grandes dimensions ! D’autre part, notre position de conduite est idéale -jusqu’à 19 moteurs aident à trouver la bonne position! – et la visibilité est excellente. Lorsqu’on met le moteur en route, on l’entend à peine et cette superbe Classe S démarre en douceur. En ville grâce à ses 4 roues directrices, elle se montre extrêmement maniable et facile à conduire malgré son gabarit. Le seul souci est de trouver une place de stationnement assez …longue. 

Sur route, c’est un véritable tapis volant. Tous les défauts de la route sont gommés. Même les casse-vitesses en ville sont franchis en douceur. Cette Classe S peut aussi se montrer très vive puisque le 0 à 100 est couvert en 6,4 secondes et la vitesse de pointe est de 250 km/h. 

Du côté des finances, nous nous retrouvons aussi avec des superlatifs puisque le prix de base de notre Classe S 350 d L 4MATIC est de 113.740 € auquel il faut ajouter 32.258,61 € d’options. Les plus coûteuses concernent le Pack Executive à l’arrière à 7.744 €, le Pack Premium Plus à 9.560 €, le système de divertissement arrière haut de gamme MBUX à 3.618 € ou la finition AMG Line à 4.598 €. Tout cela donne un total de 145 998,61€ pour le modèle essayé. 

Par contre, très bonne surprise en ce qui concerne la consommation puisque nous n’avons consommé au cours de notre essai que 7 l de gasoil aux 100 km ce qui est bien pour une voiture de ce gabarit avec un moteur offrant un tel agrément. De plus cela permet une autonomie de 1100 – 1200 kms environs… de quoi descendre jusque dans le sud de la France sans devoir faire le plein !

Restent les taxes :

En Flandres :

  • TMC : 1495,07€
  • Taxe de circulation ;1044,77€

En Wallonie et à Bruxelles :

  • TMC : 4957,00€
  • Taxe de circulation : 842,69 €   
  • Eco malus (uniquement en Wallonie) : 375€ 

Luc VANDERSLEYEN  

Mise en page : Nicolas Vandersleyen               

Envoi
User Review
0 (0 votes)

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :