1

Toyota Rav4 plug in hybride : le SUV familial par excellence

Toyota Rav4 hybrid

Toyota est bien connu pour ses modèles hybrides autorechargeables. En effet, c’est en 1997 que la première Prius hybride fut commercialisée. Mais Toyota n’a pas inventé que les hybrides. En effet, quelques années auparavant, en 1994, les ingénieurs de la firme se sont dit que leurs clients achetant des Land Cruiser (4X4) n’avaient pas toujours besoin d’un véhicule tout terrain capable de franchir n’importe quel obstacle. Pour certains, un véhicule possédant une bonne garde au sol et 4 roues motrices suffisait pour leurs activités. De là est née l’idée du Rav4 pour « Recreationnal Active Vehicule with 4 wheels drive ». A l’époque, il s’agissait d’un véhicule diesel, démuni de boite de transfert et de ponts rigides mais avec tout de même 4 roues motrices et une suspension indépendante. Ce fut, en fait, le début d’une nouvelle aire automobile baptisée « SUV ». Dès les années 2000, le Rav4 a commencé à monter en gamme et à s’embourgeoiser mais restait polyvalent. Actuellement, nous en sommes à la 5e génération, sortie en 2018. Pour 2021, il a encore été remis à jour avec l’arrivée -en Belgique- de la version plug in hybride, une première chez Toyota. 

Essai Toyota Rav4 plug in hybrid 

306 chevaux cumulés ! 

Toyota n’a pas fait les choses à moitié en sortant la version plug in hybride en plus de la version hybride de son Rav4. En effet, le moteur 4 cylindres essence atmosphérique de 2,5l et la boite CVT restent identiques à part que la puissance de ce dernier passe de 178 à 185ch. Le moteur électrique arrière reste également un modèle synchrone à aimants permanents développant 54ch. Le moteur électrique avant quant à lui passe à 182ch à la place de 120 ch dans la version hybride normale. A cela, il faut bien sûr ajouter une grosse batterie de 18,1 kWh. Finalement, cet ensemble permet de développer 306ch en puissance combinée envoyé aux 4 roues ! 

4 roues motrices, oui mais pas que…

Bien sûr, les 4 roues ne sont pas motrices en permanence et c’est la gestion électronique de l’ensemble qui permet de répartir le couple sur les roues selon les besoins pour optimiser en permanence la consommation énergétique. De ce fait, nous démarrons en 4 roues motrices mais ensuite nous roulons principalement sur les 2 roues avant. Il n’y a que lors de fortes accélérations ou lorsqu’un manque d’adhérence apparait que le système repasse en 4 roues motrices. A ce niveau-là, il est dommage de constater que la motricité de l’ensemble de ce Rav4 se veut moins efficace que sur les modèles précédents. En effet, lorsque 2 roues manquent d’adhérence, le système n’envoie pas le couple sur les 2 autres roues, ce qui pénalise le véhicule. Cette version se veut donc plus routière et devra se limiter à de très bons chemins et/ou devra être équipée de pneus adéquats (exemple : de pneus hiver). 

Une autonomie électrique de 80 kms en ville 

Une fois parti sur route avec ce Rav4, nous ressentons directement un grand confort et un silence de fonctionnement. En effet, le mode privilégié par la gestion électronique est le mode 100% électrique. En conduisant normalement, il est alors possible de rouler quasiment uniquement sur l’électricité. A ce jeu-là, il est agréable de constater que l’autonomie électrique annoncée par le combiné d’instrument : 80 kms se révèle juste tant que nous nous déplaçons en ville ou en zone péri-urbaine. En effet, la position « B » permet un frein moteur efficace et de ce fait nous récupérons beaucoup d’énergie par anticipation. Dans ces conditions, la consommation électrique de notre essai avoisinait les 18- 20 kWh aux 100 kms. 

L’autonomie électrique de ce Toyota Rav4 hybride sur autoroute 

Sur autoroute, en revanche, l’autonomie électrique diminue plus vite qu’annoncer et la consommation augmente fortement : 25 kWh aux 100 kms. Dans ces conditions nous n’avons pu parcourir que 57 kms au lieu des 80 annoncés par le combiné d’instrument. Remarque importante : notre essai s’est déroulé par temps estival : +-20 degrés, sans forte pluies, sans fortes chaleurs et sans long trajet de nuit. Tous ces éléments influencent fortement les consommations électriques ! 

Recharge de la batterie 

Au niveau de la recharge de la batterie, Toyota annonce 2h30 sur une borne 7kW et 7h30 sur une prise d’habitation de 2,3kW. En réalité, sur notre prise domestique, la recharge complète de la batterie prenait 8h30… Ce qui reste très élevé si on a besoin de son Rav4 souvent. Mieux vaut donc installer une borne chez soit si cela est possible. 

Ce Rav4 sur la route 

A la conduite, ce Toyota Rav4 plug in hybride se veut facile à prendre en main en disposant d’une bonne position de conduite, d’une bonne visibilité périphérique et de toutes les aides à la conduite actuellement en vigueur tel que : 

  • Caméra de recul et détecteurs de stationnement 
  • Assistance au maintien de ligne 
  • Cruise control adaptatif 
  • Freinage d’urgence 
  • Reconnaissance des panneaux de signalisation 
  • Alerte de trafic transversal arrière etc 

Muni de tout cet équipement de série ce Rav4 plug in hybrid peut avaler les kilomètres sans broncher. Seul bémol, le bruit de vent sur autoroute reste malheureusement un peu trop présent et empiète un peu sur le confort et le silence de fonctionnement. Néanmoins, les sièges avant et arrière sont confortables, on ne manque pas de place et le coffre est de grande dimension. Le tableau de bord est quant à lui bien fini et de bonne qualité. Même si une version hybride est vouée à une conduite cool, en bon père de famille, les 306ch de ce SUV permettent quand même de se surprendre lors d’accélération. Le 0 à 100 kms/h est abattu en 6 secondes… plutôt bon pour un SUV familial de plus de 1910 kg. 

Impressions et consommations du moteur essence 

Pour finir, ce Toyota Rav4 plug in hybrid nous a positivement étonné lors de notre essai. En effet, il se classe parmi les meilleurs voitures plug in hybrides que nous avons pu tester jusqu’à présent avec la Mercedes Classe A 250 E berline. L’autonomie électrique est réellement importante et il ne faut pas rouler très calmement pour rester sur le mode électrique. Seul le temps de charge reste un problème. D’autre part, l’ensemble se veut agréable et bien travaillé sur ce Rav4. Au niveau de la consommation de carburant, en le rechargeant tous les jours nous avons consommé une moyenne de 2,2l aux 100 kms mais la consommation sur autoroute, batterie vide est de 7l aux 100 kms. 

Prix Toyota Rav4 plug in hybrid

Au niveau du prix, le Toyota Rav4 démarre à 32 240€ TVAC (sans hybridation). Le Rav4 plug in hybride quant à lui vaut 57 250€ en version Dynamic Plus et 60 020€ en version Premium Plus. Sur cette dernière, il n’y a que le toit ouvrant panoramique à rajouter comme option. Si nous prenons la version Dynamic Plus en hybride normale à titre de comparaison, l’hybride rechargeable est quasiment 14 000€ plus chère… mais full équipée. Il y a donc là un calcul à faire avec le gain de carburant selon vos trajets et les taxes réduites pour savoir si le jeu en vaut la chandelle. 

Taxes Toyota Rav4 plug in hybrid 306ch 

  Bruxelles Wallonie Flandre
Taxe de mise en circulation 2478€ 2478€ 46,23€
Taxe de circulation annuelle 650,36€ 650,36€ 308,86€
Eco malus / 0€ /

Résumé : Toyota Rav4 hybride rechargeable essayé 

Les + Les –
Système plug in hybride performant
Bon confort général
Autonomie électrique élevée 
Consommation moteur essence faible 
Puissance élevée 
Bruit de vent prédominant sur autoroute
Prix élevé
Motricité

Nicolas Vandersleyen