1

Essai Alfa Romeo Stelvio

Alfa Romeo est une marque d’origine italienne
tournée vers des routières sportives. Une fois n’est pas coutume, mais comme
beaucoup d’autres constructeurs, la marque italienne  a décidé, après la sortie de quelques beaux
concepts, de se lancer sur le segment des SUV avec le fameux
« Stelvio ». Ce véhicule de taille moyenne convient parfaitement à
une famille de 3 ou 4 personnes sans être non plus trop encombrant en ville.

Lors de nos essais, nous avons eu la chance de
tester 2 versions :

  • Le 2,2l diesel de 210 ch (à 3500
    tr/min) et 470 Nm de couple (à 1750 tr/min)
  • Le 2,0l essence de 280 ch (à 5250
    tr/min) et 400 Nm de couple (à 2250 tr/min)

Grâce à ces deux essais, nous avons pu
comparer les avantages et les inconvénients de ces deux motorisations. Il est à
noter que ces deux véhicules étaient équipés d’une magnifique boite automatique
à 8 rapports, très agréable et répondant parfaitement aux demandes du
conducteur. C’est ainsi que nous avons pu remarquer une nette différence entre
la motorisation essence et diesel. En effet, l’essence était plus agréable à
conduire, surtout au niveau de la sonorité. De plus les reprises étaient plus franches
et cela donnait un comportement beaucoup plus dynamique au véhicule. En gros,
cette motorisation donne plus de ressenti au conducteur mais à l’inconvénient
de consommer sensiblement plus que son homologue diesel. Avec cette version
essence, nous tournions aux alentours de 10 litres / 100 kms tandis que le
modèle diesel permettait une moyenne de 8 litres / 100 kms. D’ailleurs cette
version diesel a aussi l’avantage d’avoir une conduite plus souple, moins
brusque et plus « bon père de famille ».  Elle convient parfaitement pour parcourir de
longues distances dans un véhicule silencieux, confortable, relativement sobre
mais en ayant quand même du répondant lorsque c’est nécessaire. Au final, ces
deux moteurs auront leur public cible et chacun pourra y trouver son plaisir.

Mis à part les motorisations, nos modèles
étaient équipés à peu de choses près de la même façon et valaient à peu près le
même prix. En effet, ce Stelvio est assez bien équipé et relativement bien fini
(dans nos versions haut de gamme d’essai). Néanmoins, certains plastiques
laissent un peu à désirer. Par contre, il dispose de tout l’attirail de systèmes
actifs de sécurité actuel : line assist, freinage d’urgence, contrôle
d’angle mort, lecture des panneaux etc. De plus les versions essayées étaient
munies de sièges avant sports légèrement baquet ce qui procurait un excellent
confort et un bon maintien des passagers surtout sur route sinueuse. En parlant
de sièges, il est à noter également que ce véhicule est à l’aise pour embarquer
des personnes de  n’importe quelle taille
aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Bien sûr ce n’est pas non plus une
limousine mais il a le mérite d’avoir cet avantage. De plus, le volant a une
excellente prise en main et le bouton « start stop » positionné dessus
fait croire que nous nous trouvons dans une voiture de sport.

Au niveau de la conduite, ce Stelvio avale
sans aucun problème et dans un très grand confort des dizaines de kilomètres
d’autoroute. Sur les routes sinueuses, il s’avère avoir un répondant et une
direction très directe, ce qui demande un peu d’habitude mais procure une
sensation de sportivité sans rouler spécialement vite. Le seul bémol que nous
avons pu déplorer au niveau de sa conduite est la monte de certains pneus qui à
froid se déforment lorsque l’on braque et ceci avec bruit et le sautillement de
toute la caisse. C’est particulièrement le cas lorsqu’on quitte un parking en
créneaux et assez alarmant lorsqu’on ne s’y attend pas.  Cela est apparemment normal et plus prononcer
sur les versions 4 roues motrices : Q4 (nos deux modèles d’essais) même si
nous n’avons jamais eu ça avec aucun autre véhicule d’une autre marque.  Mise à part cet inconvénient qui entache fort
le confort et la sérénité des passagers en ville, ce Stelvio est très agréable
à conduire sur route. Par contre, en dehors de la route, il n’a pas d’affinité
particulière et ne permet donc pas de s’aventurer aisément dans les chemins de
campagne.

Dernier point important de ces essais :
le prix. Il s’avère que le Stelvio démarre à 39 990€ TVAC mais que les versions
essayées étaient haut de gamme et bien équipées ce qui fait vite monter les
prix. Ainsi, dans la finition « Lusso », le modèle essence valait 57
850 € et le modèle diesel 55 600 €. Bien sûr à cela, il faut encore rajouter
quelques petites options, ce qui nous donne des véhicules essayés de plus de 60
000€.

Nicolas Vandersleyen