Follow me

L’année 2019 – 2020 fut une année de reprise et de renouveau pour Toyota. En effet, cela a été pour eux l’occasion de relancer le modèle sportif de la gamme, à savoir la « Supra » (ce nom latin signifie « au-delà, transcendant ») ! Disparue de la scène depuis 2002, celle – ci a été ré – étudiée lors d’un partenariat avec BMW sur la base de la « Z4 ». Grâce à ce dernier, la Supra a pu renaître sans pour autant atteindre un tarif trop important. Attention, Toyota a quand même mis « son grain de sel » et son expérience de course avec son écurie « Gazoo Racing (GR) » pour en faire une voiture originale et différente de la Z4. Même si certains détails et certaines choses (exemple : les moteurs et la plateforme) sont identiques, il s’agit bien de 2 sportives au caractère différent !

Tout d’abord Toyota a redessiné l’esthétique intérieur et extérieur. L’extérieur est ainsi devenu plus agressif et plus sportif. Le long capot et le toit plongeant en arrière rappellent l’icône des années 60, à savoir la 2000GT ! A l’intérieur, le tableau de bord est inspiré de la Z4 avec quelques modifications au niveau de l’écran central, du combiné d’instruments et de la ventilation mais certaines choses tels que le levier de commande de boite automatique sont identiques.

Bien sûr l’esthétique joue un rôle primordial pour attirer les gens, les acheteurs et les curieux ! A ce niveau-là on peut affirmer que Toyota a rempli son cahier des charges à 100% ! En effet, entre les enfants émerveillés, les piétons souriants, les cyclistes distraits et les signes des autres automobilistes, impossible de passer inaperçu au volant de la Supra. Bon, c’est vrai, la couleur jaune de notre modèle d’essai y est aussi pour quelque chose. Mais tout de même, le look attire et les gens veulent en savoir plus. En gros, la majorité des gens adorent !

Finissons de parler esthétique et parlons plutôt ressenti, lorsque l’on conduit une voiture de sport de cette trempe ce qui prime avant tout, c’est le plaisir de conduire bien sûr ! Ainsi une fois assis derrière le volant, on ressent tout de suite une certaine jouissance. Un long capot, un petit pare-brise, des sièges baquets électriques (avec réglage du serrage lombaire pour le conducteur uniquement), des ailes arrière proéminentes dans les rétros, une direction légèrement dure et un petit son sympathique de la part du moteur 2.0l essence turbo. On remarque aussi un combiné d’instrument typé sport avec le compte tour mis en avant et non la vitesse, les informations nécessaires au combiné d’instrument (consommation, kilométrage, etc) mais rien d’excessif et surtout, un magnifique affichage tête haute, bien lumineux et reprenant les infos utiles pour arpenter les routes.

De plus le système info divertissement est bien agencé et facile à prendre en main, seuls les boutons permettant d’enregistrer les postes radio incrustés dans le tableau de bord font un peu « vieillot » et auraient pu être intégrer dans le système info divertissement. On peut aussi remarquer un accès au coffre depuis l’habitacle, ce qui est utile lorsque l’on a besoin de quelque chose en roulant. De plus celui – ci est de bonne contenance pour une voiture de sport et peut amplement suffire pour partir en vacances à 2 (sans emmener toute la maison bien sûre).

Une fois parti sur la route avec le petit bolide on ressent tout de suite une grande satisfaction et une conduite à l’état pure. En effet, les aides à la conduite sont bel et bien présentes mais pas trop intrusives et peuvent être désactivées si on le souhaite pour « piloter » sa Supra (seul bémol : l’ESP n’est pas désactivable). De cette façon, on obtient quand même une bonne sécurité tout en ayant une voiture qui se conduit réellement (ce qui devient rare actuellement avec l’intrusion de l’électronique).

Du côté de la motorisation, notre modèle d’essai était équipé du moteur 2.0L essence turbocompressé d’origine BMW avec une boite automatique à 8 vitesses ZF. Il s’agit donc du petit moteur (nouveauté 2020) de 258 chevaux à 6500 tr/min et 400 Nm entre 1550 et 4400 tr/min. Dès le départ on remarque une certaine nervosité de la part de ce bloc vu les reprises et démarrages assez francs. Seul le son n’est pas vraiment au rendez-vous. En effet, on ne l’entend presque pas de l’extérieur et il n’y a pas de bouton permettant d’activer des clapets dans l’échappement. La sonorité intérieure est malgré tout harmonieuse à l’oreille via les baffles, surtout lorsque l’on hausse l’allure, ouf ! D’autre part, la boite automatique accomplit un excellent travail quelque soit l’humeur et les envies du conducteur. Elle est toujours dans le rapport adéquat, change rapidement de vitesse et suis le rythme lorsque l’on hausse le tempo !

Grâce à cet ensemble, il est à la fois possible de descendre jusque dans le sud de la France sans se ruiner et il est aussi possible de s’amuser sur routes ou sur circuit. En effet, nous avons relevé une consommation moyenne de 6,5l aux 100 kms sur autoroutes et 7,5 – 8 l en ville. Cette dernière monte vite autour de 9 – 10 litres aux 100 kms, voire plus, lorsque l’on s’amuse avec le bolide, ce qui est normal et pas encore excessif. C’est bien connu, « quand on aime on ne compte pas » !

Au niveau du comportement, nous avons entre les mains une sportive polyvalente. En effet, elle peut servir de voiture quotidienne même si la suspension arrière est un peu dure, de voiture plaisir et de voiture de course sur circuit. La tenue de route est exemplaire et il est, ainsi, difficile de la « faire décrocher » sur route. Ce qui n’est pas plus mal lorsque l’on roule sous la pluie. Mieux vaut donc laisser les « amusettes » à des circuits privés avec beaucoup de place d’autant plus qu’on atteint vite les vitesses limites sur voies publiques en Belgique.

Si l’on fait une comparaison rapide avec notre essai de la Mazda MX-5 de l’année dernière (https://auto4x4enroueslibres.com/2019/09/24/essai-mazda-mx-5-2-0l-skyactiv-g-rf/), nous voyons clairement que nous sommes dans une voiture totalement différente. La Mx-5 est plus joueuse sur route, plus petite mais procure moins de sensations dû à l’équilibre un peu moins bon et au moteur moins puissant. Néanmoins, elle reste une voiture plaisir abordable, amusante, disponible en boite manuelle et décapotable. La Supra vient se caler au-dessus niveau prix avec un tempérament plus nerveux, plus typé piste et un look impossible à faire passer inaperçu.

Enfin, au niveau des tarifs, la Supra GR 2.0l démarre à 49 990 € TVAC en Belgique. A cela il faut ajouter le pack premium 2.0l à 3320 € qui comprend : l’affichage tête haute, le système audio à 12 hauts parleurs JBL, les sièges baquets électriques à mémoire, le revêtement des sièges en cuir noir et le « QI Wireless charger ». Cela nous donne un modèle essayé à 53 310 € TVAC. Cela nous parait encore raisonnable vu le plaisir de conduite, l’équipement tout à fait complet de la voiture et le niveau de finition élevé.

Si jamais vous cherchez encore plus de performances, le moteur 6 cylindres en ligne 3.0l essence turbo de 340 ch est aussi disponible à partir de 65 500 € TVAC plus le pack prémium 3.0l à 2300 €. Nous n’avons pas (encore) essayé ce modèle donc nous ne sommes pas en mesure de dire si la différence de prix vaut vraiment la peine. La seule chose que l’on peut regretter de la part du 2.0l est le manque de son extérieur à l’échappement, il n’y a pas de quoi « réveiller les voisins » ni l’entendre sur route. Le son du 6 cylindres serait surement plus audible et encore plus harmonieux mais il faut l’écouter pour en avoir le cœur net ! D’autre part, il ne faut pas oublier qu’il faut aussi rajouter les taxes, à savoir, pour le 2.0l :

  • Taxe mise en circulation Flandres 2.0l : 1485,82 €
  • Taxe mise en circulation Wallonie ou Bruxelles 2.0l ou 3.0l : 4957€
  • Taxe circulation Flandres 2.0l : 832,45 €
  • Taxe circulation Bruxelles 2.0l : 838,73 €
  • Taxe de circulation Wallonie 2.0 l : 842,69 €
  • Eco malus Wallonie 2.0l : 250 €

Pour le 3.0l :

  • Taxe de mise en circulation Flandres 3.0l : 2587,37 €
  • Taxe circulation Flandres 3.0l : 2619,25 €
  • Taxe circulation Bruxelles 3.0l : 2487,67 €
  • Taxe de circulation Wallonie 3.0l : 2499,96 €
  • Eco Malus Wallonie 3.0l : 500 €

En conclusion, la Supra Gr affiche clairement l’héritage sportif de Toyota dans son cœur et il s’agit bel et bien d’une voiture sportive bien travaillée et bien aboutie. Au niveau de l’achat, le 2.0l est déjà plus que satisfaisant, maintenant si vous souhaitez plus de performances, le 3.0l vous convaincra surement mais il faudra dépenser beaucoup plus d’argent pour 2 cylindres et 82 chevaux de plus…

Nicolas Vandersleyen

Envoi
User Review
0 (0 votes)

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :