On l’aime bien cette DS3 Crossback. Ces lignes originales et sa bonne rigidité représentent ce que la France fait de mieux, oui Mônsieur ! Ce petit SUV urbain est disponible en version électrique. Cette E-Tense de DS fait sensation dans les rues de Paris ou Bruxelles.

Soyons clair, la gamme DS est faite de SUV, pour la plupart. Les Français ont traduit ça par Crossback. Il n’y a donc plus de DS3 « normale » au catalogue depuis 2016. Le seul modèle, tout récent, qui n’est pas Crossback, est la berline DS9.

La marque DS affiche aussi depuis quelques années sa volonté stratégique d’électrification puisqu’elle est engagée dans le championnat  Formule E depuis le début, en 2015. Elle est même championne en titre.

Voici donc cette DS3 Crossback E-tense du meilleur goût. Ce petit SUV quatre portes se la joue tape-à-l’œil avec son montant de porte arrière en triangle, son énorme calandre et ses optiques élancées. A l’arrière, le hayon semble envelopper toute la poupe. Ce design osé ne nous déplait pas, que du contraire. Comble du chic sur une petite voiture, signalons les poignées de porte affleurantes.

Avec ses 4,11 mètres de longueur, elle est semblable à certaines Mini, même si la Mini version électrique est plus courte d’un bon 30 centimètres. Il me semble d’ailleurs que ces deux mignonnes sont faites pour se challenger  même si la DS3 et ses quatre portes démarre à 38 400 euros pour 5000 de moins chez Mini 3 portes.

L’intérieur façon place Vendôme

A l’intérieur de la DS, on retrouve les motifs de losange des autres modèles, jusque dans les commandes de la console centrale. J’ai apprécié l’impression très enveloppante donnée par le cockpit. On est bien callé dans les beaux sièges, le volant épais bien en main. Le sentiment de rigidité est encore souligné lors des premiers tours de roues. Et l’acoustique n’y est pas pour rien. Le calme à l’intérieur est dû au moteur électrique silencieux mais aussi à l’utilisation de plusieurs solutions techniques comme l’augmentation de l’épaisseur des tôles au niveau des portes, l’utilisation de vitres épaissies et l’adoption d’un pare-brise acoustique. La Mini doit bien se tenir.

La tenue de route est bonne, avec une tendance au sous-virage due au poids des batteries, 300 kilos de plus pour pointer un fameux 1525 kilos. Le plateforme est commune aux modèles thermiques et électriques et c’est bien, mais la physique a ses limites. En conduite sportive, il faudra se méfier de cette surcharge qui élargit les trajectoires.

Gageons que les promenades zéro émission directe dans les quartiers chics de nos villes suffisent largement à mettre en évidence les qualités dynamiques de cette DS3 Crossback et de ses 136 chevaux. Electrique oblige, on est bien obligé de corriger l’autonomie officielle annoncée à 320 kilomètres pour la ramener vers 220-240, même si notre essai a été réalisé par temps froid. Distance suffisante pour les déplacements urbains ou péri-urbains quotidiens, pour autant que l’on oublie pas de brancher régulièrement le câble puisque la recharge est longue, comme toujours si on ne dispose pas d’une borne de recharge domestique mais seulement d’une prise 220 volts.

Yves Merens  

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :