Dans la course actuelle aux motorisations alternatives les modèles de voitures électriques ne cessent de se multiplier. Ainsi, il nous a semblé intéressant de comparer 2 véhicules 100% électrique de même puissance : 204 ch et de même catégorie, mais de philosophie différente. De plus, nous avons déjà publié, en septembre dernier, l’essai de la Lexus UX 250h (https://auto4x4enroueslibres.com/2020/09/11/essai-de-la-lexus-ux-250h-f-sport-line/) dont est dérivée la version entièrement électrique et nous vous avions présenté la VW ID.3 au début du mois de mars (https://auto4x4enroueslibres.com/2021/03/10/id-3-larbre-qui-cache-la-foret/).

La première se veut résolument luxueuse et confortable et conserve l’extérieur et l’intérieur de l’UX 250 hybride avec le même tableau de bord et seulement de petites adaptations tandis que la seconde se veut résolument moderne et tourne le dos au passé en proposant un modèle inédit conçu autour du moteur électrique. 

Comparaison données techniques

Nos deux protagonistes sont très semblables techniquement avec pour la Lexus un moteur de 204 ch et 300 Nm avec une batterie de 54,3 kWh et une autonomie théorique de 305 km, mais qui n’a pas dépassé 267 km en charge complète lors de notre test. Le moteur est placé à l’avant et la 300e est une traction. Elle peut être rechargée sur une prise domestique en 30 heures, mais pour une charge rapide on doit se limiter à 50 kW. Cependant, elle dispose aussi d’une prise de charge rapide de type CHAdeMO, (typique des japonaises) qui n’est pas compatible avec certains réseaux comme Ionity. La VW, elle, dispose aussi d’un moteur de 204 ch et 310 Nm avec une batterie de 58 kWh et une autonomie de 420 km, mais qui n’a pas dépassé 325 km en charge complète. Sur une prise domestique, il faudra environ 30h pour la charger tandis qu’elle peut être chargée sur une prise DC de 100kW et avoir 80% de sa charge en 35 minutes. Sur les 2 voitures, Le moteur est placé à l’avant, mais l’ID.3 est une propulsion. Les poids à vide sont assez semblables avec 1860 kg avec une charge maximum de 2245 kg pour la Lexus et 1805 et une charge maximum de 2270 kg pour la VW tandis que les vitesses maximales sont identiques : 160 km/h. Ajoutons que le volume du coffre est de 367 à 1278 l pour la Lexus et de 385 l à 1267 l pour la VW. 

 Volkswagen ID3Lexus UX 300eLexus UX250h 
Puissance moteur (ch)204204184
Couple (Nm)310300202 (moteur électrique = démarrage) 190 (moteur thermique = 4400 tr/min)
Transmission Propulsion Traction 2WD Il existe une version4WD 
Autonomie annoncée (km)420 305/
Autonomie maximale indiquée au tableau de bord lors de l’essai (km) 325267/
Capacité de batterie (kWh)5854,3/
Consommation lors de l’essai (kWh/100 kms)1923/
Temps de charge : prise domestique 2,3 kW (h)3030/
Temps de charge : borne 11 kW (h)+- 7+- 7/
Temps de charge borne 22 kW (h)+- 4+- 4/
Charge 20 – 80% borne 50 kW1h50 minutes /
Charge 20-80% borne 100kW 35 minutesN’accepte pas 100 kW/

Lexus Ux 300e

Comme signalé, l’habitacle de la 300e est identique à celui de la 250h avec des sièges très confortables et un espace un peu juste pour les places arrière qui ont perdu 16 mm en hauteur car la batterie est implantée dans le plancher sous la banquette…, mais le coffre est plus grand ! La position de conduite est excellente et l’ergonomie est bonne, avec un petit bémol pour le pavé sensitif de la console centrale. Ce petit « carré noir » est trop sensible pour être utilisé en roulant, même par le passager. Sa manipulation demande un peu d’habitude, même à l’arrêt. Bien sûr, on dispose de 3 modes de conduite : Eco, Normal et Sport et ici aussi on dispose de toutes les aides à la conduite. Pour le confort, le Technology Pack, qui est en option, offre un système audio Mark Levinston  vraiment excellent avec ses 915 watts et ses 13 haut-parleurs.

On l’a vu cette 300e est une simple traction et avec le moteur électrique de plus de 200 ch, les démarrages sont très dynamiques et son comportement routier est excellent avec un silence de fonctionnement remarquable. Il est vrai, aussi, que Lexus a une très grande habitude à produire des voitures de luxe dont le silence de fonctionnement n’est plus à démontrer. Ici ce silence est encore sublimé. Bien qu’étant environ 300 kg plus lourde que l’UX 250h, cette 300e a une tenue de route remarquable et le roulis est très bien contenu. Châssis et direction sont parfaitement calibrés pour tenir compte de ce « surpoids ». Le freinage est facile à doser, mais, on regrette, malgré les palettes au volant et la position « B » (Break), que le freinage sur le moteur électrique ne soit plus incisif et plus régénératif.

VW Id3

Construite sur la plateforme spécifique aux véhicules électriques du groupe VW, la plateforme MEB, l’ID.3 a sa batterie directement dans le plancher ce qui permet d’abaisser le centre de gravité du véhicule. Rappelons que les batteries représentent 20% du poids de l’ensemble. 4 modes de conduite : Eco, confort, sport et Individual sont disponibles. Le mode « Sport » semble un peu incongru pour une voiture électrique… Dès que l’on démarre le moteur électrique est à peine audible. Mais à l’extérieur un haut-parleur diffuse un « espèce de chuintement » afin d’avertir les piétons et les cyclistes – à faible vitesse, le « bruit » de la Lexus est plus agressif !- Dans les 2 cas, c’est loin d’être une belle mélodie… Particularité des véhicules I.D de VW : rien que le fait de s’asseoir devant le volant (avec la clé en poche) met le véhicule sous tension. Pied sur le frein, il suffit de tourner un bouton à l’extrémité droite du combiné d’instrument et de sélectionner : D, R, N ou B pour démarrer. La position « B » permet de profiter au maximum de la récupération d’énergie avec un freinage régénératif excellent (meilleur que celui de la Lexus). 

La position de conduite est excellente avec une bonne visibilité périphérique. L’ID.3 démarre avec dynamisme en silence et se montre très agile en ville avec un rayon de braquage de 10,20 m, ce qui est très court et très pratique ! Dans un environnement urbain, la conduite est vraiment très agréable et très économique, car l’énergie cinétique se transforme facilement en électricité, et l’autonomie ne diminue que très lentement. Une fois sur route, on n’entend pas plus le moteur, mais les bruits de roulement et du vent viennent perturber le calme de l’habitacle au point que les passagers arrière ne peuvent comprendre ce que se disent les passagers avant. 

La tenue de route est bonne, mais moins précise et moins rassurante que celle de la Lexus et le véhicule est plus sensible aux rafales de vent. De plus, les aides à la conduite se révèlent trop intrusifs en fonction des irrégularités ou d’anciens marquages sur la route ce qui amène à des rectifications parfois brutales de la part du conducteur pour garder l’ID3 dans la bonne voie. Le châssis est bien calibré et le roulis presque inexistant grâce au centre de gravité très bas. 

Au niveau de l’habitacle, l’ID3 se dirige vers un habitacle résolument moderne avec un écran pour le combiné d’instruments et un écran central reprenant quasiment toutes les fonctions. Cela est très propre et s’intègre parfaitement avec la philosophie. On regrette cependant le rétro-éclairage des boutons de chauffage, climatisation et volume de radio la nuit (un oubli de la part le VW ?) si bien qu’ils sont totalement invisibles une fois le jour tombé. A part ça, l’habitacle est spacieux et confortable si bien que les 4 passagers sont toujours bien installés et le coffre reste de bonne dimension.  

Comparaison performances électriques 

Les 2 véhicules se distinguent cependant assez fort par les performances électriques. Si les autonomies de nos 2 véhicules étaient assez différentes avec 267 km pour l’UX 300e et 325 km pour l’ID.3, les temps de charge étaient aussi très différents sur une borne de 11 kW (la plus grosse que nous ayons près de chez nous), nous avons rechargé 100 km en 2h50 pour la VW et 3h50 pour la Lexus, leur consommation moyenne a, aussi, été très différentes avec 19 kWh/ 100 km pour la VW, et 23,0 pour la Lexus. Bien sûr, des différences avec les chiffres des constructeurs sont aussi très marquées en fonction des températures extérieures et des consommables activés sur le véhicule (radio,  climatisation, dégivrage, chauffage, phares,…). Néanmoins, notre comparatif s’est déroulé les 2 voitures ensemble roulant sur les mêmes routes aux mêmes vitesses, difficile donc de comprendre la surconsommation de la Lexus (peut-être dû au freinage régénératif moins performant ?). Par contre, à la fin de notre essai de la VW, les températures avaient chuté de 10°c pour redescendre à 3°C et la consommation s’est révélée très supérieure… attention donc au froid ! 

Tarifs 

Au niveau des prix, notre Lexus UX 300e valait 54.800 Euros avec environ 3.000 Euros d’options pour un total de 57.800 €.

L’ID.3 de VW a un prix de base, en version Pro Performance  Business, de 42.135 Euros et avec les options peintures, jantes, pompe à chaleur et crochet porte-vélos, pour un total de 3.175 Euros pour arriver à un total de 45.310,00 Euros (véhicule essayé).  

 Volkswagen ID3Lexus UX300eLexus UX250h 
Tarif de base 31 885€53 100€36 340€
Tarif de base version essayée Pro performance Business : 42 135€ Business Line : 54 800€F-Sport Line : 47 490€
Options 3175€3000€3520€
Tarif modèle essayé 44 795€57 800€51 010€
TMC et taxe annuelle Flandres 0/0€0/0€113,35/335,38 €
TMC et taxe annuelle BXL et Wallonie 61,5/83,95€61,5/83,95€1239/439,56 €

Conclusion 

Pour conclure ce comparatif entre notre VW ID3 et notre Lexus UX300e, nous avons pu remarquer des avantages et des inconvénients sur nos deux modèles. En effet, la Lexus est plus confortable, moins fatigante à conduire (sur route principalement), un peu mieux finie et donne un meilleur sentiment de sécurité que la VW mais elle prend plus de temps à charger, consomme un peu plus d’électricité et ne permet pas autant de kilomètres d’autonomie (même si la différence n’est que de +- 50 km). D’autre part, la VW offre un peu plus d’habitabilité et nous montre un tableau de bord résolument moderne offrant plus de rangements avec un système GPS connecté en permanence. 

En fin de compte, il faut bien se rendre à l’évidence que ces 2 modèles électriques ne permettent pas de remplacer un modèle thermique ou hybride (comme l’UX250h). En effet, ils demandent beaucoup d’organisation étant donné les temps de charge, la disponibilité et le fonctionnement des bornes publiques parfois aléatoires et les aléas de consommation dus aux conditions de roulage et au climat. Ils se prêtent donc bien comme 2e voiture pour la ville ou comme 1evoiture à condition de ne pas devoir rouler beaucoup et d’avoir principalement des trajets « domicile-travail » (si possible avec charge au bureau).

D’autre part, il est à noter la différence de prix de base entre nos deux modèles Lexus UX300e et UX250h de près de 17 000€ ! Bien sûr, il faut comparer ce qui est comparable et donc il vaut mieux prendre en compte le prix des modèles essayés étant donné qu’ils avaient le même niveau de finition et globalement le même équipement. A ce tarif-là, la différence de prix du modèle électrique sera vite rattrapée avec les taxes et entretiens réduits. 

LUC VANDERSLEYEN

Mise en page : Nicolas Vandersleyen

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :