Une belle et grande GT sportive de 3,3 litres de cylindrée pour rivaliser avec les voitures allemandes ! Rien que ça pour cette Stinger GT qui redonne du plaisir confortable sur la route. Tout en sportivité rigide.

Kia sait y faire, c’est sûr. Ses voitures ont pris le virage électrifié à tous les niveaux, comme il se doit, mais, il en est une qui résiste, et de quelle manière. La Stinger GT garde le moteur thermique comme emblème. Epatant.

Rien que son design en jette. Sa ligne extérieure fait penser à une Audi A5 Sportback ou à une Jaguar XF. La carrosserie de grand coupé-GT a du cachet et certains appendices, comme les pots d’échappements ou les larges ouïes latérales ou sur le capot laissent présager du meilleur. Mais nous y reviendrons. Ce design fastback sportif ne masque pas l’énorme empattement propice à recevoir cinq adultes en tout confort.

L’attaque avant est aussi impressionnante, notamment grâce au bouclier et ses prises d’air béantes, façon raie manta à la chasse. On a l’impression que l’on va se faire happer par la mécanique.

Cet énorme capot et son porte-à-faux avant raccourci, l’empattement long et l’habitacle abaissé, créé avec les larges lignes latérales convergentes un arrière effilé offrant une meilleure aérodynamique.

Du cuir et de l’alu

L’intérieur est lui aussi très expressif, tendu de beau cuit perforé à certains endroits, et couvert d’aluminium brossé à d’autres. C’est beau et bien fini alors que le volant donne envie d’enrouler les courbes. 

L’équipement, quant à lui, est pléthorique, sans option ! Les sièges sont chauffés et refroidis, le volant est chauffant, l’écran est large et clair (10,25 pouces).

Notons qu’il affiche l’angle mort lorsque l’on change de bande en mettant le cligno ! Bravo pour l’innovation.

Des Watts

Choix de Kia chez nous, le seul moteur proposé est le noble 3,3 litres V6 biturbo. 366 chevaux pour 510 Nm, on n’est pas bien là. Et même si la très sécurisante transmission intégrale endigue un peu la cavalerie, il en reste suffisamment pour prendre un réel plaisir. Malgré son poids de 1,850 tonne, la belle se débrouille bien, peut-être grâce à son centre de gravité relativement bas.

On peut « cruiser » tranquille ou passer en mode « Sport », voire « Sport + », la transmission agrippe alors la voiture à la route sans déchets. C’est précis, net et sans bavure. Un excellent point.

Bon, pied lourd oblige, la conso peut s’envoler au-delà de 10 litres alors que le moteur feule gentiment, sans jamais gronder trop fort. A très basse vitesse et en braquant pour faire demi-tour, on notera aussi un petit ripage de différentiel, mais rien de grave vu les prestations mécaniques de la voiture.

Au final, on est séduit par cette Kia, inspirée par de belles rivales et très convaincante, pour autant que l’on ne regarde pas trop du côté des taxes après avoir déboursé 55 000 euros, bien moins que la concurrence au vu de son équipement.

Yves Merens

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :