Cette année le Range Rover fête ses 50 ans. Au fil des années ce 4×4 polyvalent est devenu de plus en plus luxueux, mais se décline aussi en versions de plus en plus puissantes. Ce somptueux véhicule est-il encore un véritable tout terrain ? C’est la question que nous nous sommes posée.

Pour avoir la réponse, rien de plus simple que d’aller sur les chemins inondés de cette fin d’hiver avec un ami qui vient d’acquérir un superbe Range Rover 5.0L V8 Supercharged Autobiography de 510 ch avec un couple de 625 Nm de 2015. Bien sûr, comme Land Rover le faisait au Salon 4×4 de Val d’Isère dans les années ‘90, nous sommes partis dans la boue avec la monte pneumatique d’origine de 21 pouces ! Pour l’aider en cas de besoin, nous avions rassemblé 3 Land Rover Defender TD4 équipés de pneus tout terrain avec, même, un treuil sur deux d’entre eux !

Bien sûr, nous y avons été progressivement, afin de ne pas « effaroucher » ce somptueux véhicule. Evidemment, né « Land Rover », ce Range Autobiography reste particulièrement bien équipé pour le tout terrain. Il dispose d’une boîte automatique séquentielle ZF 8HP70 8 à 8 vitesses, mais aussi d’une boîte courte à 2 rapports et du Terrain Response 2 qui permet au conducteur de sélectionner : « terrain glissant : herbe, gravier, neige; boue ; sable ou rocher », mais qui peut aussi s’utiliser en mode « Auto ». De plus il dispose d’une suspension pneumatique qui permet de rehausser le véhicule de sa hauteur standard de 221 mm pour arriver à 303 mm plus une botte secrète puisque posé sur le sol, il est possible d’encore le faire monter de 20 mm. Il peut aussi franchir des gués de 900 mm. De plus les débattements de suspension sont de 26 cm à l’avant et de 31 cm à l’arrière. Les angles caractéristiques sont, bien sûr, du même niveau : angle d’attaque: 34,7°, angle de sortie : 29,6° et angle ventral : 28,3°, en suspension haute.  

Face à lui, le Defender, le célèbre « cube d’alu » apparaît bien spartiate et terriblement simple avec un design fait pour le franchissement et des ajustements aléatoires. Son habitacle est celui d’un utilitaire, mais avec un vrai tableau de bord où les nombreux boutons ne correspondent qu’au minimum vital tandis que les sièges sont simples et qu’au sol on ne trouve que caoutchouc. Avec son châssis type échelle, ses ponts rigides et sa boîte courte, il est l’archétype du vrai franchisseur.

Le Range Rover c’est une carrosserie aux formes harmonieuse qui s’inspire de celle du Range Rover Classic. Son habitacle c’est luxe, élégance et grand confort tandis que le tableau de bord est d’une très grande simplicité. Il n’ a presque plus de boutons, mais un grand écran central. Et puis c’est une débauche d’électronique.

Sur la piste, à bord du Defender on ressent tous les reliefs du terrain et nous sommes secoués. A ses commandes, nous avons l’impression de devoir nous battre avec le relief de la piste du fait du ressenti de la direction, des mouvements des ponts rigides et des hurlements du moteur et nous savons tout ce qui se passe sous nos roues. Rien de tout cela à bord du Range, on progresse sur un nuage dans un confort surprenant et avec beaucoup de silence (malgré le moteur V8). Ce qui nous permet de profiter de l’excellente sono digne de notre salon et nous suivons sur l’écran central, bloqué sur « off road », les mouvements des roues comme si nous étions devant notre TV. La souplesse et les qualités d’amortissement de la suspension pneumatique, la qualité de la boîte automatique et l’excellent travail du Terrain Response 2 rendent ce parcours tout terrain dans la boue, d’une facilité  presque insipide. Si nous ne devions pas regarder où mettre les roues, nous pourrions profiter du paysage.

Bientôt, le Defender de tête s’enfonce dans une boue profonde et reste « planté ». Il devra faire une petite marche arrière, bloqué manuellement le différentiel central et se lancer dans la boue épaisse. De son côté le Range hausse sa suspension au maximum et fait un passage sur le couple à faible vitesse jusqu’à rester bloqué sur le « ventre ». Après avoir poussé sur le bouton qui rehausse la suspension, il se détache de la boue, fait une petite marche arrière et franchi l’obstacle avec facilité grâce au punch du V8.

Bien sûr, nous devrons à plusieurs reprises dégager la piste des arbres qui y sont tombés avec les dernières tempêtes. Il faut faire attention de ne pas griffer la très belle carrosserie. Les bourbiers se suivent ainsi que les plans d’eau qui inondent les chemins. Cependant, nos franchisseurs poursuivent sans problème leur chemin. Avec pour les uns, le confort rudimentaire d’un utilitaire et pour les autres une ambiance ouatée avec climatisation automatique, multiples dégivrages, sièges et volant chauffants. Deux philosophies différentes, mais même compétence en tout terrain. Bien sûr, le terrain de prédilection du Range sera la piste, où il pourra être très rapide, même sur pistes empierrées ou sablonneuses tandis que le Defender ne pourra pas être aussi rapide, mais sera capable de passer des obstacles très importants dignes d’un trial. Et une fois sur l’asphalte le Range Rover domine de la tête et des épaules. Sur petites routes sinueuses, il saura maintenir une bonne vitesse de croisière, sans que le roulis ou le tangage ne viennent perturber son cap ou diminuer son confort.

Son moteur 5.0L V8 associé à la boîte auto assure une force tranquille en toutes circonstance et reste silencieux en toute circonstances (trop silencieux diront certains). Sur les autoroutes, son moteur est une merveille et tourne tranquillement, mais on arrive rapidement à des vitesses qui ne sont plus autorisées. Bien sûr, le constructeur annonce une consommation moyenne mixte de 12,8 l/100 km. Si pour notre part, nous avons relevé une moyenne de 17,9 litres/100 km, nous avons aussi relevé jusqu’à 30,2 litres en ville, 20,2 litres en tout terrain, mais aussi 13,7 litres sur autoroute.

Conclusion:

Ce beau et puissant Range Rover est bien un vrai tout terrain, mais il est vrai que son propriétaire ne fera pas du franchissement « hard ». Sa carrosserie est trop belle avec sa belle teinte métallisée « ARUBA » du nom d’une petite île des Antilles Hollandaises, sous la République Dominicaine… et son habitacle est trop somptueux et trop luxueux! Malheureusement, malgré de très nombreux équipements pour le confort des occupants, il manque la climatisation du casier de rangement de la console centrale, qui était une option à 370 Euros TVA comprise…, mais qui est pratiquement impossible à placer aujourd’hui! Pour parler de prix, ce Range Rover 5.0 V8 Autobiography était vendu en 2015 à 130.000 Euros sans les options. Aujourd’hui, il est proposé au prix de 149.500 Euros dans la même version (avec 525 ch) mais il existe encore une version SVAtobiagraphy (avec 565 ch) à 182 500€. En occasion, ce véhicule de 2015 a été acquis pour environs 75.000 Euros. Bien sûr, les taxes et assurances sont à l’avenant.

RANGE ROVER 5.0L V8 SUPERCHARGER AUTOBIOGRAPHY de 2015 :

Moteur :5.0 l Supercharged essence huit cylindres en V 32 soupapes  
Cylindrée :4999,7 cm³
Puissance :510 ch (375 kW) de 6000 à 6500 t/min  
Couple :625 Nm de 2500 à 5500 t/min  
Vitesse maxi :225 km/h  
Accélération de 0 à 100 km/h :5,4 sec  
Consommation :cycle urbain :18,3 l/100 km
 Cycle extra-urbain :9,7 l/100 km
 Cycle mixte :12,8 l/100 km
Émissions de CO:cycle mixte :299 gr/km
Transmission :Intégrale permanente, Active Driveline 
Boîte de vitesse :Automatique ZF 8HP70, 8 rapports 
Boîte courte :2 rapports 
Tout terrain :Terrain Response Auto 2 
Aides électroniques :ABS, ACC, IEB, DSC, RSC, ETC, TSA, HDC, HSA, EDC, EBD, EBL, CBC, EBA, Fonction d’assistance embouteillage, Système des surveillance angles morts, Système détection véhicules en approche, Aide au stationnement 
Suspensions :Avant :Suspension à bras de longueur inégale (SLA) avec double bras inférieur avec ressorts pneumatiques Suspension Adaptative + contrôle actif antiroulis
 Arrière :Suspension à bras intégrale avec ressorts Pneumatique Suspension Adaptative + contrôle actif antiroulis
Freinage :  Avant : Disques ventilés, 380 mm Arrière : Disques ventilés, 365 mm
Frein de parking :électrique intégré aux étriers de frein
Jantes :Alliage 21 pouces
Longueur :4,999 m
Largeur :2,073 m (2,220 avec rétros ouverts)
Hauteur :1.835 m
Empattement :2.922 m
Poids :2.330 kg
Poids total autorisé :3.150 kg
Poids tractables :3.500 kg
Capacité du réservoir :105 L
Angle d’attaque maxi :34,7°
Angle de sortie maxi :29,6°
Angle ventral maxi :28,3°
Garde au sol :de 221 à 303 mm
Rayon de braquage :6,15 m
Passage à gué :900 mm

Luc VANDERSLEYEN                 

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :