1

ESSAI MERCEDES CLASSE X 350D 4MATIC

En 2017, au Salon de Francfort, Mercedes, constructeur premium, nous
présentait son pick-up CLASSE X qui, grâce à l’Alliance Renault-Nissan était
extrapolé de la dernière version du Nisan Navara double cabine présentée 2 ans
plus tôt au même endroit. Dans un premier temps, Mercedes retouche un peu la
carrosserie et les éléments touchant au confort, comme l’isolation acoustique
et la suspension mais garde toute la mécanique – d’origine Renault- et la
transmission 4×2/4×4 du Navara avec la boîte auto à 7 rapports. Dans un
deuxième temps, le constructeur allemand y greffe son moteur V6 3.0 turbo
diesel de 258 ch avec une transmission 4×4 permanente 4Matic, mais garde la
boîte automatique à 7 rapports et la gamme courte. C’est cette dernière version
que nous avons essayé. Esthétiquement ce Classe X dont les voies ont été
élargies afin de pouvoir placer une palette de format Europe entre les passages
de roues dans la benne, paraît plus grand. De ce fait la face avant a pu être
élargie et reprend la calandre avec en son centre l’énorme étoile de la marque.
Mais ces modifications esthétiques dégagent aussi dynamisme et robustesse à ce
pick-up premium. A l’intérieur, le tableau de bord est entièrement nouveau
ainsi que les sièges avant, et les finitions, avec des plastiques moussés sont
de grande qualité. Sur route, le confort est excellent et on note une très
grande amélioration au niveau du silence de fonctionnement et de
l’amortissement. Les voies élargies offrent, elles, une meilleure stabilité. Le
V6 diesel est onctueux et délivre son couple de 550 Nm dès 1400 tr/min. La
boîte auto convient parfaitement tant que l’on roule normalement. Les
performances sont optimisées par le système « Dynamic Select » qui
adapte la gestion du moteur, de la transmission et du freinage suivant la
nature de la route et des performances souhaitées. Hors des sentiers battus, ce
Classe X est extrêmement performant et permet d’aller très loin grâce à sa
réduction. Il conserve aussi du Navara l’efficace « traction
Control » sur les 4 roues. Bien sûr, comme tous les pick-up, son angle
ventral est son point faible. Le grand porte-à-faux arrière est aussi parfois
handicapant. Cependant, il reste un vrai utilitaire capable de prendre une
tonne de charge dans sa benne et de tracter une remorque de 3,5 tonnes. La
consommation de gasoil, du fait de son embonpoint, n’est pas des plus sobre
avec 10 l/100 km en utilisation normale, mais plus de 12 litres en tout
terrain. De plus, les émissions de C0² restent assez importantes avec 236 g/km.
Bien sûr, au niveau du prix, on reste en premium avec un prix qui est proche
des 60.000 Euros avec quelques options chères aux constructeurs allemands

Luc vandersleyen.