Accéder au contenu principal

Essai Mazda MX-30 : le SUV électrique qui sort de la norme !

Comme à son habitude, depuis quelques années déjà, Mazda sort des sentiers battus vis-à-vis de ses concurrents et nous présente une voiture 100% électrique avec une philosophie particulière. En effet, quand les concurrents font la course à l’autonomie et à la puissance Mazda a décidé de créer une voiture électrique à la masse contenue, à l’autonomie moyenne, à un prix abordable et à viser un public effectuant de petits – moyens trajets. Oui, il s’agit bien du MX-30 ! Il faut savoir que chez Mazda, « MX » représente depuis 1981, une gamme de véhicules, prototypes ou non, destinés à sortir du lot et à relever le défi de sortir des conventions. En effet, Mazda est friand de ce genre de concept et c’est ainsi que, part exemple, en 1982 la MX-02 fit son apparition avec des roues arrière directrices et un affichage tête haute, ce qui fut une première sur le marché. Autre exemple, la bien connue MX-5, le roadster propulsion et abordable qui fut créer en 1989 lorsque tous les constructeurs se détournaient des petits cabriolets fun et accessibles. Mais aujourd’hui la MX qui nous intéresse est bien une électrique à la philosophie particulière !

Voilà pourquoi ce petit SUV n’a qu’une batterie de 35,5 kWh comparé aux concurrents qui sont en général au-dessus de 50 kWh, une puissance de 145 chevaux et 271 Nm de couple. Notons également que ce MX-30 n’existe qu’en traction. Grâce à ce combiné, Mazda annonce 200 kms d’autonomie WLTP disponible en cycle combiné, ce qui est globalement suffisant pour une partie de la population si on peut la charger tous les jours, voire plusieurs fois par jour. En réalité nous avons eu l’agréable surprise de parcourir ce qui était annoncé par le combiné d’instruments, c’est-à-dire environ 150 kms et cela en roulant comme avec une voiture thermique avec radio, climatisation et chauffage. Nous avons pu constater que par temps beau et doux (environ 15- 18°C) on avait même tendance à parcourir légèrement plus de kilomètres que ce qui était annoncé par le combiné. D’autre part nous avons aussi remarqué une baisse d’autonomie lorsque les températures chutent sous les 5°C. Le système met donc plus de temps pour recharger et consomme plus d’énergie pour chauffer la batterie haute tension, ce qui fait descendre l’autonomie. De plus en roulant de nuit on a pu remarquer que l’autonomie chutait légèrement plus vite qu’annoncée par le tableau de bord. En prenant tous ces facteurs en compte, nous pouvons tirer deux conclusions : 

  • Par temps estival et de jour il sera possible de parcourir 150 – 170 kms tout à fait normalement
  • Par temps froid, dans le noir ou lorsqu’il sera nécessaire de dégivrer les carreaux, mieux vaut compter une autonomie de 100 – 120 kms. 

Bien sûr, l’essai de cette MX-30 ne s’arrête pas à l’autonomie réalisé. Il est également bon de savoir qu’au cours de notre essai nous avons consommé 18,5 kWh en ville et sur petites routes et environs 20 kWh sur autoroute. D’autre part, le temps de charge sur une prise domestique pour une batterie complètement déchargée vaut 15h50 (données de Mazda). Nous avons pu voir que pour passer de 11% à 100%, sur notre prise domestique l’ordinateur de bord demandait 12h10, ce qui reste très élevé et ne permettra pas de rouler avec au quotidien, notamment en cas de retour tardif et départ tôt le lendemain. Il faut donc obligatoirement passer par l’installation d’une WallBox CA qui permet de passer de 20% à 80% en 3h ou aller recharger sur une borne rapide CC (plus cher) qui permet de passer de 20% à 80% en 36min (encore faut il qu’il y en ai près de chez vous, qu’elle fonctionne et qu’elle soit disponible). 

Au niveau de la conduite, cette petite MX-30 est assez plaisante à conduire et permet de se laisser aller au fil des kilomètres. Grâce à sa masse relativement contenue (1645kg contre 1335 kg pour un Cx-30 équivalent), elle se veut assez vive, tient bien la route et permet de ne quasiment pas utiliser les freins étant donné le bon freinage régénératif à deux niveaux disponibles. De plus, nous avons à notre disposition une voiture de taille moyenne permettant d’emmener 4 personnes de taille moyenne sans problème en ayant encore un coffre correct. Remarquons également ici, l’ouverture des portes arrière est inversée, ce qui ne manque pas d’originalité mais peut surprendre la première fois. Encore une touche de la part de Mazda pour sortir du lot ! De plus, les suspensions sont confortables et l’insonorisation est au rendez – vous. Sur autoroute nous n’entendons pas de bruit de roulement, seulement un tout petit peu le vent et nous pouvons donc nous laisser bercer par la musique des baffles Bose de la voiture. D’autre part, les sièges sont confortables et l’ensemble de l’habitacle est bien fini avec des matériaux de qualité, ce qui donne une bonne présentation générale à l’ensemble. Qui plus est, Mazda a décidé d’habiller une partie de l’habitacle avec du liège pour rappeler son passé dans la fabrication des bouchons. Cela donne une touche nostalgique qui va bien avec l’ensemble.  

Dernier point : l’équipement. Là encore Mazda a jouer la carte de la voiture bien équipée pour un tarif contenu. Ainsi nous avons à notre disposition : 

  • cruise control adaptatif, 
  • assistance au maintien de ligne, 
  • contrôle d’angles mort, 
  • caméras périphériques, 
  • freinage d’urgence, 
  • affichage tête haute, 
  • lecture des panneaux, 
  • grand phares LED adaptatifs (sur route le système allume les grands phares sauf dans la direction où une voiture se trouve, cela permet de voir clair partout sans éblouir la voiture devant nous ou venant en contre sens)
  • Système d’alerte anti-fatigue du conducteur avec caméra, etc. 

Autrement dit : tout y est ! Et petite surprise, nous avons aussi un petit gadget à notre disposition : un faux bruit de moteur thermique en arrière-plan dans les baffles. Celui – ci reste discret et se veut correct mais n’atteint pas du tout la qualité d’un vrai son de moteur thermique sportif. Un petit gadget donc qu’il vous suffira de désactiver s’il vous ennuie. 

Au niveau des tarifs, cette MX-30 démarre à 33 490 € TVAC en version SkyMove et notre modèle d’essai en version SkyCruise valait : 37 790€ TVAC. A cela, il faut ajouter les quelques options de finitions qui étaient présentes et on arrive à une MX-30 de l’ordre de 39 900€. Au niveau des taxes : 

  • Flandres :
    • Taxe de mise en circulation : 0€
    • Taxe annuelle de circulation : 0€
  • Bruxelles : 
    • Taxe de mise en circulation : 61,5€
    • Taxe annuelle de circulation : 83,56€
  • Wallonie : 
    • Taxe de mise en circulation : 61,5€
    • Taxe annuelle de circulation : 83,95€

Notons également que pour les entreprises, ce SUV étant 100 % électrique, il est encore déductible à 100% ce qui est très intéressant. 

En conclusion, cette petite Mazda MX-30 fut un bel essai et se classe dans le top de la catégorie électrique étant donné son agrément de conduite, son équipement, ses finitions et son prix contenu. Elle s’adresse à un public parcourant de petits – moyens trajets et ayant la possibilité de charger chez eux mais pourra également parcourir des trajets plus longs à conditions d’être bien organisé. 

Nicolas Vandersleyen 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :