Accéder au contenu principal

Une touche de sportivité avec le Skoda Kamiq Monte Carlo 1,5l TSI

Dernier né de la famille Tchèque Skoda (appartenant actuellement au groupe VAG allemand), le Kamiq se positionne comme un petit SUV urbain et séduisant. En effet, il fut présenté en mars 2019 pour répondre à la demande croissante de ce genre de modèle et est arrivé à la fin de cette même année sur nos routes. Une finition Monte Carlo a également vu le jour en septembre 2019 au Salon de Francfort. Il y avait aussi eu une version Monte Carlo sur le Yeti.  Elle fait référence au passé historique de la marque sur le fameux « Rallye de Monte Carlo ». Il  va de soi qu’il s’agit donc de la finition la plus sportive et la plus haut de gamme et c’est d’ailleurs cette dernière version que nous avons eu le privilège d’essayer ! 

Notre modèle d’essai était équipé du moteur le plus puissant, à savoir le 1,5l TSI (essence) turbocompressé développant 150 ch à 5000 tr/min et 250 Nm de couple. Associé à cela nous avions la boite automatique DSG7, bien connue dans le groupe VAG. Cet ensemble se montre assez agréable au quotidien, tout en étant silencieux et efficace. De plus il s’adapte à toutes les circonstances. De ce fait, la boîte auto suit en général assez bien les directives du conducteur même lorsque l’on pousse un peu la machine, seuls certains à – coups au passage des 1e à 2e sont parfois à déplorer. Le moteur ne se montre pas trop bruyant à hauts régimes et permet d’obtenir une consommation raisonnable de 6,5 l aux 100 kms au terme de cet essai. De même le système de « roues libres » sur autoroute, lorsqu’on lâche le pied fonctionne bien et la voiture continue sur sa lancée comme si de rien n’était. Le moteur s’embraye et se débraye discrètement sans produire la moindre vibration.

Au niveau de la conduite, nous avons pu noter que les sièges semi – baquets de cette version Monte Carlo se révèlent très confortables au quotidien et permettent un ressenti beaucoup plus sportif, ce qui donne une impression de « vraie conduite » au conducteur sans être dans une voiture de sport. C’est un peu ce qui justifie les 810€ supplémentaires demandés pour le Pack Monte Carlo Confort par rapport à la version Style juste en dessous. Nous déplorons, cependant que Skoda n’ait pas apporté de modifications au niveau motorisations pour cette version « sportive ». En effet, un son plus agréable au niveau de l’échappement (éventuellement avec un bouton activant des clapets) aurait été incontestablement un plus au niveau de l’agrément de conduite. 

Dès notre prise main sur les routes nous avons apprécié le comportement de cette Kamiq et constaté qu’elle était confortable avec une bonne position de conduite et une excellente visibilité (si ce n’est que l’on se retrouve assis un peu trop bas pour un SUV). Cependant, les aides à la conduite sont bel et bien présentes pour aider le conducteur. Seule la motricité des 2 seules roues avant motrices met en défaut le bon comportement de ce petit crossover. En effet, les 150 ch  font patiner le train avant assez rapidement et l’adhérence met du temps à être récupérée. Mieux vaut donc prévoir de bons pneus hiver et ne pas s’aventurer sur des chemins trop gras. A ce sujet, le Kamiq, qui est très bas, ne peut prétendre au moindre franchissement. Il peut juste parcourir de bons chemins. Mise à part cela, l’agrément de conduite et la tenue de route générale sont de bonne qualité.

Pour conclure, nous sommes ici en présence d’un petit SUV de 4,24m de long à la bouille sympathique – construit sur la même plateforme MQB Ao déjà utilisée dans le groupe VW par Audi pour l’A1, par Seat pour l’Arona, par VW pour la T-Cros et par …Skoda pour la Scala-. L’intérieur est bien fini sans être luxueux pour autant mais tout le nécessaire au confort actuel est présent. Bien sûr l’espace aux places arrière est correct sans être énorme vu la taille réduite de la voiture. De plus, le coffre, avec 400 dm³ reste de taille moyenne, mais en rabattant les dossiers des sièges arrière on arrive à 1.395 dm³. Le Kamiq est vendu en version essence et diesel et démarre à 20 450€ en version « Active » 1.0l TSI 95ch. Notre modèle d’essai 1,5l TSI Monte Carlo DSG7 démarre à 29 620€ TVAC et si on rajoute les quelques options présentes sur notre modèle d’essai nous arrivons à un prix final de 36 605€ TVAC. On le voit, Skoda n’est plus synonyme de voiture bon marché, mais ce petit Crossover, bien agréable à l’usage, profite de toute la technologie et de toute l’expérience de Skoda et du groupe Volkswagen. 

Vandersleyen Nicolas 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :