Accéder au contenu principal

ESSAI SKODA SUPERB SCOUT 2.0 TDI 190 DSG 4×4

SKODA a le vent en poupe et les mises à jour des nouveaux modèles se suivent à un bon rythme. Bien sûr, les nouvelles technologies ne sont pas oubliées. C’est ainsi que Skoda propose maintenant des voitures hybrides et même 100% électrique comme la petite CITIGOe IV. Cependant, ce constructeur privilégie encore et toujours ses solutions éprouvées comme ses versions « SCOUT » dont il équipe depuis la mi-2019 la troisième génération de sa berline de luxe, la SUPERB. C’est la première SUPERB à recevoir ce traitement. Nous l’avons essayé pour vous.

Ces versions « SCOUT » sont déjà proposées depuis 2006 sur les Octavia, mais aussi depuis 2017 sur le SUV Kodiaq et 2018 pour le SUV Karoq.

Aujourd’hui, c’est la Superb qui a droit à cette polyvalence, puisque les versions « SCOUT » sont disponibles exclusivement sous forme de break avec un style robuste de tout terrain. Ainsi, la transmission est intégrale et la garde au sol est rehaussée de 1,5 cm, tandis qu’une protection est posée dessous la caisse au niveau du moteur et des trains roulants. D’autre part, les pare-chocs avant et arrière ont des inserts aluminium et les ailes sont bordées de plastique noir, tout comme les bas de caisse et les parties inférieures des portes. Les barres de toit et les garnitures de vitres latérales sont chromées, tandis que les rétroviseurs extérieurs ont un aspect aluminium. Les jantes en alliages Manaslu 19 pouces bicolores (une option) apparaissent robustes.

Rappelons que la transmission intégrale de Skoda utilise un embrayage hydraulique de 5ème génération à commande électronique qui transmet automatiquement une partie du couple aux roues arrière et ce en quelques millisecondes. Ainsi, 90% du couple peut être transmis à l’essieu arrière et 85% peut être dirigé, en cas de besoin, vers une seule roue. Bien sûr, en temps normal et en ligne droite, la puissance est transmise à 100% à l’essieu avant. Cette traction intégrale est un élément de sécurité important, non seulement sur routes mouillées, enneigées ou de terre, mais offre aussi une meilleure adhérence et une stabilité accrue en virage sur bitume sec. Cette transmission est équipée d’une boîte à double embrayage DSG à 7 rapports avec Stop /start. Le moteur de notre Superb était un diesel 2.0 TDI de 190 ch (140 kW) avec un couple maximal de 400 Nm. Un mode « tout terrain » règle les différents paramètres du moteur, de la boîte et de l’ABS pour la conduite sur terrains accidentés. Notre véhicule était équipé -en option- de ce sélecteur de mode et aussi du contrôle dynamique adaptatif du châssis (DCC).

L’habitacle est typique des versions « SCOUT ». Les sièges sont recouverts de cuir et d’Alcantara -option- et le tableau de bord et le haut des portes reçoivent une garniture décorative effet bois. Le tableau de bord est fonctionnel avec son grand écran central et l’habitacle est spacieux avec un coffre de 660 l qui peut atteindre 1950 l en rabattant les sièges arrière.

Sur route, la Skoda Superb se révèle être une grande routière, mais manque un peu de puissance tout en étant assez agile. Bien sûr, le couple moteur/boîte DSG fait un excellent travail et le confort est de bon niveau, même si on sent un léger flottement et des petits mouvements de caisse sur routes sinueuses. Par contre, elle se montre très sûr et la motricité est excellente.

Hors des sentiers battus, cette motricité est toujours exemplaire, mais la garde au sol comme les angles caractéristiques sont trop faibles lorsque le relief est un peu important. Il faudra se limiter aux bons chemins.

La Skoda Superb est capable de tracter une remorque de 2,2 tonnes et ce avec grande facilité du fait de ses 4 roues motrices. En ce qui concerne son prix, il est de 48.955 Euros sans les options et nous avions pour 13.835 Eu ros d’options. Ainsi équipée, cette Superb Scout revenait à 62.790 Euros ce qui n’est pas négligeable. Bien sûr, nous avions des options assez onéreuses comme le « Pack Scout confort » : 1290 Euros, le « Pack Safety » : 1390 Euros, la sellerie Alcantara/ cuir Scout : 1445 Euros, les jantes Manaslu : 1490 Euros, le toit  ouvrant panoramique : 1270 Euros, le système de navigation/infodivertisement Columbus : 1060 Euros, le DCC et Driving Mode Select : 985 Euros, l’attache-remorque pivotant : 910 Euros, les aides à la conduite : Side assist, Lane assist, etc : 850 Euros.

Au niveau de la consommation, nous avons consommé en moyenne 7,2 litres/100 km, ce qui est excellent compte tenu de l’importance de la Superb et de son poids (+/- 2 tonnes).   

Luc VANDERSLEYEN

One thought on “ESSAI SKODA SUPERB SCOUT 2.0 TDI 190 DSG 4×4 Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :